Les catégories grammaticales : le genre

 

 

Les catégories grammaticales

 

I.    LE GENRE

 

 

1)    La notion de genre

 

 

1.1.     Le genre est une catégorie grammaticale. Les catégories grammaticales correspondent à des points de vue sur les êtres, les objets, les notions. Au point de vue de la chronologie correspond la notion du temps. A celui de la distinction des sexes correspond celle du genre.

1.2.     Les points de vue exprimés par les catégories grammaticales sont relatifs : les catégories grammaticales sont toujours relatives à une longue durée et à une certaine période de l'histoire de chauqe langue. Ex : en latin, il existe le genre neutre.

1.3.     Le système du genre en français moderne est le résultat d'une évolution historique qui a brouillé les fondements psychologiques de cette catégorie. Dans le passage du latin au français, certains mots ont changé de genre. Ex : les noms latins masculins en –or (ardor) ont donné en français des noms féminins en –eur (ardeur). Les noms latins neutres au singulier, en –um (brachium) donnent en français des noms masculins (le bras). Les noms neutres pluriels (folia) donneront des noms féminins en français (la feuille). Par ailleurs, les noms latins en –a (rosa) ont donné des féminins en français (rosa à la rose). A tout cela sont ajoutées d'autres influences.

-    Celle de l'initiale des mots : les mots commençant par une voyelle cherchent leur genre à cause de l'élision de l'article.

-    Celle de la finale. Passage d'un genre à un autre par analogie de suffixe

-    Celle de l'action des grammairiens au XIVème siècle

-    Celle de l'analogie (au départ, "horloge" était masculin, puis est devenu féminin à cause de l'influence du mot "montre")

 

1)    Le système du genre en français

 

2.1. Si la langue était une adéquation du réel, le système du genre semblerait devoir être le suivant : on devrait avoir 2 catégories :

-          inanimé

-          animé (masculin / féminin)

 

2.2. Le système français ne correspond pas à cette vue idéale des choses : c'est un système binaire (masculin / féminin) dans lequel on distingue :

 

-          Une série où l'opposition masculin / féminin est signifiante. Ex : un homme / une femme.

-      Une série où l'opposition masculin / féminin n'a aucune signification. On y trouve des mots qui, bien que représentants de l'inanimé, connaissent une opposition de genre. Ex : le livre / la table. Inversément, on y trouve des mots qui, représentants de l'animé, ne connaissent pas l'opposition de genre. Ex : le rossignol / la femelle rossignol. Quelquefois, on a essayé de trouver un sens à ces oppositions : c'est une initiative qui n'est pas sans danger car les languens inversent les données et on est obligés de reconnaître l'arbitraire. Ex : le serpent / la couleuvre (en français) la serp / lo colobre (en occitan)

-          Une série où l'opposition masculin / féminin n'au aucune signification au niveau de la distinction des sexes mais où elle joue un rôle utile car elle permet de distinguer :

* l'agent de l'instrument (le trompette / la trompette)

* le producteur du produit (le poirier / la poire)

* les homonymes homographes entre eux (le mode / la mode)

* les homonymes non-homographes entre eux (le maire / la mère)

 

2.3. Pourquoi le système français, qui peut paraître incohérent, s'est-il maintenu?

Malgré ses imperfections, l'opposition masculin / féminin joue un rôle sémantique : elle est utile pour distinguer les sexes et les homonymes. Elle est aussi utile du point de vue fonctionnel  : elle cimente le groupe nominal en permettant la redondance des marques. En effet, pour le phénomène de l'accord qui s'étend au groupe syntaxique du nom (et même du participe passé). Elle permet d'éviter certaines confusions. Ex : Son sac contenait  un livre et une montre qu'elle m'a offerte.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site