La poésie courtoise - Guillaume de poitiers

La poésie courtoise (fin'amor)

 

       Document exploité : poésie de Guillaume IX de Poitiers.

 

Langue d'Oc 

 

Al la dolçor del temps novèl

Fòlhon li bòsc, e li aucèl
Chanton chascús en lor latí
Segon lo vèrs del nòvel chan.
Adonc està ben qu’om s’aisí
D’aissò don òm a plus talan.

De lai don plus m’es bon e bèl
Non vei messagèr ni sagèl,
Per que mos còrs non dòrm ni ri,
Ni no m’aus traire adenan,
Tro que sacha bel de la fi
S’el’es aissí com eu deman.

La nóstr’amor vai enaissí
Com la branca de l’albespí
Qu’esta sobre l’arbre en treman,
La nuòit, a la plòja ez al gèl,
Tro l’endeman, que’l sols s’espan
Per las fuèlhas vertz e’l ramèl.

Enquèr me membra d’un matí
Que nos fezem de guerra fi,
E que’m donèt un don tan gran,
Sa drudari’e son anèl:
Enquèr me lais Dièus viuvre tan
Qu’aja mas mans sotz son mantèl!

Qu’eu non ai sonh d’estranh latí
Que’m parta de mon Bon Vezí,
Qu’eu sai de paraulas com van
Ab un brèu sermon que s’espèl,
Que tal se van d’amor gaban,
Nos n’avem la pèssa e’l coutèl.

 

Traduction

 

 "Dans la douceur de la prime saison, feuillent les bois et les oiseaux chantent, chacun dans son language, sur le rythme d'un chant nouveau. Il est donc juste qu chacun épanouisse son coeur à ce qu'il désire le plus.

De là-bas, où est toute ma joie, je ne vois venir ni messager ni lettre scellée; aussi mon coeur ne dort ni ne rit; et je n'ose faire un pas de plus jusqu'à ce que je sache si notre réconciliation est bien telle que je le désire.

Il en est de notre amour comme la branche d'aubépine qui, la nuit, tremble sur l'arbuste, exposée à la pluie et au gel, jusqu'à ce que, le lendemain, le soleil inonde ses feuilles vertes et ses rameaux.

Il me souvient encore de ce matin où nous mîmes fin à la guerre; elle me fit un grand don, son amour et son anneau. Que Dieu me laisse encore vivre assez pour que j'aie [un jour] mes mains sous son manteau.

Car je n'ai cure de ces propos étrangers qui pourraient m'élogner de mon "Beau-Voisin"; je sais ce qu'il en est des paroles et de ces brefs discours que l'on répand; tel peut se vanter de son amour, tandis que nous, nous en avons la pièce et le couteau."

 

 

       Notes en vrac

 

La poésie courtoise fait partie du même ensemble esthétique que le roman courtois. La poésie courtoise est caractérisée par des textes courts. C'est un genre formellement contraint, il y a beaucoup de règles à respecter.

 

La poésie courtoise va être importée du sud (langue d'Oc) vers le nord (langue d'Oïl) par les Trouvères, qui sont les équivalents des Troubadours.

 

§1 : Thème de la reverdie. On voit l'arrivée du printemps, de la floraison, etc. C'est un thème quasiment obligatoire à l'époque pour introduire une poésie.

 

§2 : On parle d'amour adultérin, de l'amour interdit. Cet amour courtois change la donne sur la statut de la femme : ici, elle prend un certain pouvoir. L'homme doit faire le premier pas et pour conquérir sa belle, elle doit lui faire passer des épreuves qui prouveront sa valeur.

Les relations paraissent froides et tendues car l'homme attend des nouvelles de sa belle et elles ne viennent pas.

 

§4 : Donner son anneau à son amant signifie la rupture avec son mari. La femme a cédé aux avances de celui qui la courtise. (c'est une symbolique)

 

§5 : "Beau-Voisin" est le surnom donné à la femme pour qu'on ne la reconnaisse pas.

 

 

Au niveau de la forme du texte : c'est une canso (une chanson). Il y a une contrainte au niveau des rimes et du nombre de syllabes.

 

Il y a pas mal de comparaisons et de métaphores ; par exemple, tout le §3 est une comparaison.

 

On s'est éloigné du texte narratif et on arrive sur quelque chose de lyrique, où l'on parle de sentiments. Malgré tout, une histoire est sous-jacente.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site